Accueil Rédaction FAQ Liens Contacts

Qui est en ligne ?
Nous avons 1 invité en ligne

Numéros
  + Prochain numéro
  + N° 1, octobre 2008
  + N° 2, avril 2009
  + N° 3, octobre 2009
  + N° 4, avril 2010
  + N° 5, decembre 2010
  + N° 6, juin 2011
  + N° 7, decembre 2011
  + N° 8, juillet 2012
  + N° 9, janvier 2013
  + N° 10, juillet 2013
  + N° 11, octobre 2014
  + N° 12, octobre 2015
  + N° 13, octobre 2016

Rechercher

Mot-clé :

Le Droit sans le Territoire. Globalisation et postmodernité juridiques

 

Boris BARRAUD

Doctorant contractuel à l'Université d'Aix-Marseille

 


 

 

Lire l'article

Retour au sommaire

 

Résumé :

Selon des auteurs de plus en plus nombreux – et qu’il est possible de regrouper sous la bannière encore floue de la « postmodernité » – le territoire ne serait plus, aujourd’hui, une figure centrale de la juridicité. La globalisation économico-culturelle, phénomène profond et irréversible, provoquerait fatalement une globalisation du droit concomitante et, partant, le dépassement ou même l’effacement des frontières. Seulement, pour aboutir à pareille conclusion, ces observateurs se départissent des présupposés normativistes qui, pour l’heure, imprègnent encore largement l’esprit d’une majorité de juristes. Dès lors que le droit au sens kelsenien ne joue plus qu’un second rôle parmi la réalité des normativités, il est sans doute temps de proposer de nouvelles approches théoriques et épistémologiques. En particulier, il paraît utile de suivre la trace sociologique, laquelle – parce qu’elle se concentre davantage sur l’effectivité des règles que sur leur validité – perçoit mieux que toute autre l’avènement de sources trans-territoriales et/ou privées de normes. Reste ensuite à savoir si ces normes peuvent être appelées « droit » et si, donc, la juridicité peut se passer de la territorialité.

 

Summary:

According to an increasing number of authors (often lumped under a “postmodern” label), territory would not anymore be a central figure of law. Indeed, the general economical and cultural globalization phenomenon would bring about the globalization of law and, consequently, the disappearance of borders. However, to reach this conclusion, these authors bypass Kelsen’s theory that still prevails with a large majority of jurists. Insofar, as the role of “classic” law as a source of legal rules has become partial, it becomes necessary to propose new theoretical and epistemological frameworks. It seems particularly important to delineate a sociological normative approach. Because it concentrates more on the effectiveness of the rules than on their validity, this process brings to light the development of trans-territorial and private rules.

 

Bibliographie indicative

 

Lire l'article

Biographie de l'auteur

Retour au sommaire


 

Design by JPhD - Copyright © 2009 Jurisdoctoria

Mentions légales